Un film tué dans l’œuf / 2

En 2013, un bon ami à moi a recommandé un livre à une maison d’édition chinoise, l’histoire d’une femme qui tuait son mari. Au départ, l’éditeur a manifesté beaucoup d’intérêt pour ce texte. Mais quand il s’est aperçu que les personnages étaient musulmans, il a fait machine arrière, disant « on ne peut pas publier ça », « c’est trop risqué », « les musulmans, c’est tabou ». Malgré mes recherches, je n’ai trouvé aucune loi interdisant de parler des musulmans.

De la même manière, aucun règlement n’interdit de représenter dans des films des scènes de jeux d’argent. Pourtant, cela fait des années que personne ou presque n’a osé tourner un film sur le mahjong.

Le système de censure chinois vise en premier lieu les séries télévisées, puis viennent les films, les journaux et magazines, et enfin les livres. Internet était jusqu’à peu le domaine où la censure était la plus relâchée. Cependant, ces deux dernières années, la pression s’est accrue de jour en jour. Des millions de comptes ont été fermés sur les réseaux sociaux, tandis que de nombreuses personnes ont été arrêtées pour des propos qu’elles avaient tenus sur Internet, la plus connue d’entre elles étant l’un de mes amis, l’avocat Pu Zhiqiang, arrêté en mai 2014 pour la publication de 28 messages sur Weibo[1], et toujours détenu à ce jour.

Comme tous les gouvernements totalitaires, le gouvernement chinois se sert de la peur et du mensonge pour asseoir sa domination. Mais il suffit que les gens se réunissent pour que la peur se dissipe, il suffit qu’ils puissent échanger librement pour que les mensonges s’évanouissent.

C’est la raison pour laquelle, ce gouvernement s’est attaqué avec une plus grande virulence à Internet ces deux dernières années. Son objectif n’est pas de tordre le cou aux rumeurs, ni de protéger les enfants de la pornographie, mais bien de préserver son propre pouvoir. Tant qu’Internet existera, tant que les gens continueront à pouvoir se réunir sur le Web, à pouvoir échanger, à communiquer, la légitimité du pouvoir en place en Chine sera inexorablement remise en question et menacée.

Note :

1. Réseau social chinois comparable à Twitter. Les messages y sont limités à 140 caractères chinois.

Lire la suite >>

中文版 >>

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s